Le moulin de Rai
accueil
ST Gauburge
st pierre des loges
st hilaire sur risle
Beaufai

Aube

                                      RAI et la Risle.
   
mairie de rai
   
 Monsieur SEVIN vous présente l'histoire de la Risle à RAI.
 
Rai se situe dans une partie de la vallée , surnommée quelques fois la Sibérie normande, du fait des courant froids qui l'empruntent. La présence de monuments d'origine druidique , comme la Pierre plate de Boisthorel supposer que l'homme a vécu dans la région depuis déjà fort longtemps, des vestiges de constructions romaines y ont aussi été découverts. L'origine du nom Rai serait à associer au latin ritum qui signifie gué, passage d'eau. Plusieurs moulins existaient déjà au XVIIe siècle et vraisemblablement déjà au XIIe siècle. Rai a accueilli jusqu'à quatre moulins dont le moulin de Rai, ancien moulin à blé déjà présent avant 1789, transformé en tréfilerie vers 1910 et inutilisé après guerre. Un autre moulin à blé appelé moulin Porte déjà présent en 1789 qui a été restauré dans la deuxième moitié du XXe siècle.
Le moulin de Saint-Père , ancien moulin à papier fut édifié entre 1711 et 1732 puis transformé en tréfilerie en 1860, en scierie en 1895 et ne semble plus avoir eu aucune activité. Le dernier moulin semble avoir existé au moins depuis XVIe siècle.En  1520, les archives signalent qu' certain Raoul de Trémont de Boisthorel écuyer et vasal du Baron de l'Aigle possédait un moulin , très voisin d'un autre moulin situé à 100 mètres en aval, alimenté par le même bief et appartenant à René d'Erard.Boisthorel signifierait demeure qui domine la rivière à son tournant. Ou demeure qui domine les sources. Le moulin de Boisthorel était un moulin à blé. René  d'Erard, prieur de son état, fit transformer son moulin en tréfilerie en 1646.Lusine fut construite sur la Risle malgré une certaine opposition car l'on craignait de voir "la rivière épuiser la force de ses eaux au grand dommage des moulins de L'Aigle, situés à une grande lieue en aval.
la risle rai
 En 1801, l'usine avait produit 650 quintaux de fils de fer pour une valeur de 68719 livres. En 1841, pas moins de 5 roues hydrauliques avaient été installées sur le site. En 1863, cependant, la Risle  n'avait plus la force motrice suffisante pour trois roues de l'usine et deux locomotives CALLA y furent adjointes. En 1873,l'usine ne travaillait plus le fer, elle se tourna alors plus particulièrement vers le travail du cuivre , du laiton, de l'aluminium et de divers alliages. En  1889, on pouvait lire dans un petit livret de J.O. Mouchel que le laiton ou le bronze fournis par l'usine Boisthorel servaient notamment aux dents de peigne à tisser, aux vis de chaussures, vis à bois , ressorts, brosserie, tamiserie, toiles métalliques de papèterie, fausse bijouterie, moulure de meuble. L'usine en 1982, appartenait à la société Tréfimétaux qui continue toujours d'oeuvrer.L'eau de la Risle est toujours utilisée seulement pour refroidir les machines.

l'Aigle
St Sulpice/Risle
st martin d'ecublei
Rugles
la neuve lyre
la vieille lyre
bosc renoult en ouche
champignol
Ajou-Ferrière