l'usine
Bohin
Accueil
St Gauburge
St Pierre des loges
St hilaire sur risle
Beaufai
Aube
Rai
L'Aigle
st martin d'ecublei
Rugles
la neuve lyre
la vieille lyre
bosc renoult en ouche
champignol
Ajou - Ferrière
    
                 Saint -Sulpice-sur Risle.
 
d'après l'ouvrage de 1887 intitulé: L'Orne pittoresques, Saint Sulpice sur Risle était déjà occupée à l'âge de la préhistoire puis à l'époque romaine. Quelques monuments mégalithiques sont d'ailleurs encore visibles. La commune est alimentée par des sources abondantes , limpides et fraiches des sources ferrugineuses. La commune au XIXe siècle possédait quelques moulins et de nombreuses usines: La Fonte: usine de tréfileries établie en 1780 par le marquis de L'Aigle, employait avec l'usine de là fosse 1356 ouvriers dont 10 enfants en 1867.On y fabriqua des dés à coudre, du fil à corde , des aiguilles et des épingles. L'usine fut acquise en 1888 par Paul Bohin pour y fabriquer des épingles à cheveux .Après quelques agrandissement, elle fut délocalisée après 1945.
 La Fosse , déjà présente en 1825, semble avoir été une aiguillerie à ces débuts; puis après son acquisition par la famille Bohin en 1888 fut équipée pour fabriquer des coffrets métalliques pour emballer les épingles à cheveux. L'usine s'orienta  ensuite vers la production de cadenas et des serrures en 1927.L'usine fut détournée ensuite vers la production de matières plastiques en 1972 après avoir été à nouveau cédée. La Batterie, ancien moulin à tan, fut utilisée dès 1820 comme laminoir puis fut  transformée en 1867 en épinglerie et empoiterie.En 1899, on y produisait notamment des épingles à cheveux , des agrafes et des anneaux, puis enfin en 1909 des crochets après rachat par la famille Bohin.Le moulin Bouviers, qui fut en premier lieu moulin à blé, fut transformé en tréfilerie vers 1840 pour produire aussi des aiguilles et des clous. Il fut acquis par la famille Bohin en 1893 pour y produire notamment des agrafes puis , plus tard , des aiguilles de phono. Le moulin existe toujours mais ne sert plus guère que d'entrepôt..l
moulin bohin
usine bohin
 La société Bohin, qui fut créée en 1833 après regroupement des petits artisants aiguillers et bimbeloterie, c'est è dire commerce spécialisé dans les bibelots , l'entreprise comprenait 15 ouvriers pour une production de 150.000 boites en tout genre. En 1883, est noté que 49 femmes étaient employées dans les établissements Bohin et gagnaient de 1F à 2 F /jour pour un travail de 10/jour. En 1866, fut faite l'acquisition de l'usine à l'emplacement actuel. Après reconstruction , suite à un incendie en 1880, l'entreprise prospéra de façon significative . En 1878, environ 140 ouvriers étaient employés. De  nombreux brevets furent déposés: fabrication en couleur d'épingles, agrafes, œillets, anneaux, etc..Bohin était la seule entreprise en France , après une belle ascension , à fabriquer des aiguilles à coudre en 1889.Innovante se diversifiant , en 1914, elle employait 600 ouvriers.
le pont
 En 1952 , elle utilisait pas moins de 70 tonnes de métal par mois pour 500millions d'objets fabriqués en tout..L'entreprise est toujours présente , son activité que l'on pourrait qualifier de "pointe" s'est poursuivie pour correspondre à une production  de près d' 1, 5 milliard de pièces par an ( agrafes, épingles, trombones , aiguilles, pointe de fléchette...) L'avenir après une période un peu difficile semble redevenir plus serein.!La  Risle a aidé cette  industrie depuis plus de 150 ans, mais la rivière n'est plus utilisée pour l'instant .Qui vivra verra! La famille Bohin s'est battue pour garder une production française d'aiguille malgré la rude concurrence que purent imposer les Anglais  et les allemands pendant plus d'un siècle. Il faut rendre hommage pour cette pugnacité exacerbée! Cette famille a passé la main depuis peu, et je suis certain au moins pour une partie de Bohin que le nouveau directeur saura sauvegarder notre patrimoine commun et qu'il devrait j'en suis persuadé l'enrichir!