le pont de la neuve lyre

 L'histoire de La Neuve -lyre et de la Risle.


La Risle et la Neuve-Lyre
 En 1050 , existaient apparemment plusieurs moulins sur la commune. On parle au XIe siècle d'un certain moulin Taneret. En 1470, l'abbé de lyre accepta que fut construit en place de l'ancien moulin Blanchoeur, un moulin à fer. La forge, appelée la forge renardière, fut ensuite remplacée par un moulin à tan .La Neuve-Lyre , du fait de la proximité de l'abbaye, développa une industrie relativement importante. Sa réputation fut d'ailleurs établie bien au - delà des frontières de la Normandie. Si l'utilisation de l'eau fut assez précoce, il fallut attendre le développement de la métallurgie pour parvenir au plein essor de la petite cité.
accueil
  En 1684, trois moulins existaient encore, l'un était à usage de moulin à tan l'autre à blé (nommé moulin de Chagny)et le dernier foulon. Le moulin de Chagny avait en fait été construit en place de la dite grosse forge de Chagny ( 1488). Le moulin  de Chagny équipé en tant que laminoir et tréfilerie , situé en limite de commune, utilisait 150 à 200 tonnes de fer par an provenant de Franche Comté, du Berry et de Champagne ainsi que 5 à 600 stères de bois provenant des forets voisines. L'usine de Chagny, transformée vers 1780 et appartenant à M.Baraguay-Saillard, fabriquait en particulier des épingles et des pointes en cuivre. En 1842, l'usine était principalement orientée vers le forage et le tréfilage. En  1860, l'installation de fourneaux spéciaux permettait à l'usine de traiter et d'affiner la plupart des minerais.
le moulin
 Le moulin Normand situé dans le hameau du même nom, semble avoir existé depuis le XIIe siècle, il fut apparemment transformé en tréfilerie en 1856. Propriété à l'époque de la famille Baraguet-Fouquet , cette usine semble avoir alors confectionné de la dinanderie ( objet en laiton coulé). Les ustensiles de cuisine comme les samovars étaient notamment exportés jusque vers la Russie lointaine. Le moulin dit de la Neuve-Lyre était la propriété de la demoiselle Houdelière dans les années 1840 et était situé sur le grand bras de la Risle. Un autre bras dit le petit bras n'était pas beaucoup alimenté dans l'été. IL  semblait avoir été creusé pour fournir de l'eau aux habitants .IL fallut d'ailleurs en 1771, l'intervention du procureur du Roi attaché à la maitrise des eaux et forets " pour contraindre les habitants qui l'avaient laissé encombrer à ce point qu'il n'y coulait plus d'eau à le curer et à le rétablir." Il  fut pourtant sujet à quelques discutions et  autres querelles devant les autorités car le sieur Bordeaux de 1834 à 1842, voulait y construire un moulin à blé.

St Gauburge
St pierre des loges
St hilaire sur risle
Beaufai
Aube
Rai
l'Aigle
St sulpice sur risle
St martin d'ecublei
Rugles
la vieille lyre
bosc renoult en ouche
champignol
Ajou - Ferrière