(
le moulin d'ajou
Accueuil
ferrire
Ajou-pont
 Communes de Ajou et Ferrière-sur - Risle
                              Ajou,
 D'après le dictionnaire de l'Eure , Charpillon 1868-1879,Ajou se compose de trois anciennes communes qui ont été réunies après la révolution en 1792:Ajou, Mancelles et Saint-Aubin-sur -Risle. Ajou  a été mentionnée pour la première fois dans une charte de la seconde moitié du XII e , Mancelles est citée , elle aussi, dans une charte de lire fin du XIe, Saint-Aubin-le -Vernet, comme toutes les communes dédiées à ce saint semble remonter à la plus haute antiquité. Cela n'est pas spécifique aux meuniers qui nous ont précédés sur notre petit bout de rivière , mais de tout temps, les usiniers ont généré de nombreux procès ou querelles entre eux. Conflits d'intérêts bien sur de concurrences .


 En 1842, lorsqu'il fut question de transformer ce qui n'était qu'un tout petit moulin à tan(moulin Vergère)en un moulin à blé, la défense  fut immédiate , et les propriétaires du moulin de Saint-Aubin rappelèrent bien sur la clause qui empêchait de construire un moulin à blé. Les propriétaires du moulin de Saint-Aubin, pour ajouter à la pression , se targuèrent du fait que leur moulin datait de "la plus haute antiquité."Les  écrits mentionnent  qu'en 1414, certainement après son incendie, "il ne restait que la place."Malgré toutes les récriminations , notre moulin fut bel et bien transformé en moulin à blé , au moins pour quelques années. En  ce qui concerne le moulin de Saint-AUbin , en 1844 , madame  Veuve de la Boullaye demandait à joindre au moulin de Saint-Aubin "une scierie mécanique mue par le même moteur et qui me mettrait à même d'utiliser ainsi toute la puissance du cours d'eau."
le pont moulin
 On ne sait pas exactement si la scie fut installée, par contre , à l'aide d'un système fort ingénieux de pompe à clapets, le moulin par ce système faisait monter l'eau à quelques dizaines de mètres en hauteur sur le plateau. Cela permettait ainsi d'alimenter le manoir situé juste au-dessus. Il s'agissait des premières distributions d'eau courante du moment . Pour parfaire le tout , une turbine qui avait été aussi installée permettait de produire le courant électrique. Ce système, pour faire bénéficier les gens du plateau, de l'eau de la vallée , s'est retrouvé à plusieurs endroits  sur le cours de la rivière , certains  de ces systèmes ont fonctionné fort longtemps jusqu'au moment ou les systèmes modernes d'adduction d'eau ont été mis en place Le moulin Chapel était déjà mentionné en 1243. L'origine du nom semblerait venir du mot chapeau. En effet , pour faire allégeance  à la noblesse, une coutume , qui peut nous paraitre curieux de nos jours, consistait à se présenter une fois par an paré d'un chapeau décoré de roses et de l'offrir au maitre des lieux! Le fait que le moulin ait abrité une chapelle à une époque reculée , est bien sur possible, mais cette version est moins originale .
 Le moulin  qui nous intéresse fit apparemment , couler beaucoup d'encre , ce fut souvent dans les termes de transactions entre les grands de ce monde comme la famille de Pommereuil ainsi que le roi d'Angleterre. Le moulin était attenant à un château fortifié enlacé par les eaux de la Risle. En  1459, le fief du moulin  chapelle était tombé de 40 livres de revenu à 25 livres .En 1639, fut construit un fourneau de moulin en place d'un moulin à foulon, le minerai  provenait de la commune de Sainte-Marthe et de Conches(1704-1710). Vers 1750, le haut -fourneau avec le moulin étaient imposés à la somme de 750 livres. Le 8 octobre 1786 le cahier des charges déposé au greffe de Bernay montrait l'étendue des droits qui y étaient joints :"et en outre de prendre sur toute la dite terre , toutes sortes de bestes, grosses et menues, droit de chapelle, colombier , prisons, garenne, garde pour la rivière de risle, droit de pécher depuis le jardin de Letellier jusqu'aux écluses du moulin de grammont . Deux moulins à blé construits sur ladite rivière de Risle, avec les droits qui y sont attachés. Un moulin à usage de fourneau de fonte , le droit à deux autres moulins qui ont été détruits et qui étaient : le premier d'abord à blé, à huile  ensuite à than et lors de sa destruction à bled sur Mancelles; le deuxième à usage de grosse forge, assis en la paroisse de la Houssay , proche de Châtel la lune."L'histoire avançant quelques fois très vite , le moulin tomba en 1789.Il fut remis en activité 50 ans plus tard, vers 1840.
photo le moulin
                                 la ferrière-sur Risle,
 Une des plus petites communes de France par sa superficie semble remonter à l'époque gallo-romaine. Les traces d'une ancienne voie romaine son encore visibles en limite de la commune. Le nom  de la Ferrière est tiré de son activité métallurgique qui était déjà existante au XI e siècle. Les gisements de fer étaient exploités à ciel ouvert dans la foret voisine , le bois d'accompagnement  y était aussi prélevé. Le minerai était de qualité moyenne et ne renfermait qu'environ 30% de fer mais cela semblait suffisant pour l'époque .L'activité du fourneau ne cessa qu'au milieu  du XIXe. La présence de forges et de haut fourneau entraina la présence de nombreux ouvriers dont les fonctions  nous sont inconnues de nos jours, il y avait par exemple des "facteur au fourneau, fondeur, sableur, mouleur en sable, mouleur en terre , chargeur, garde blondeur du fourneau."
le lavoir
 On sait qu'en 1248, il y avait plusieurs moulins à la  Ferrière qui existaient  "depuis longtemps" au XVIIe siècle un haut -fourneau  fut construit à la place du moulin , il fut mis à feu le 14 novembre 1657.Le dernier moulin   fut construit au XIX sur la commune. Il  est à noter qu'une tannerie , celle de monsieur Félix Roussel fonctionnait encore au XXe en bordure du bras détourné. Par chance le patrimoine a été en partie sauvegardé et l'on peut encore notamment contempler les restes de ce que furent deux moulins sur la commune (dont un ancien moulin à tan) ainsi que l'ancienne tannerie .La  Risle , sur la commune , avait une fâcheuse tendance à sortir de son lit et inonder les rues (ou même l'église après un gros orage), la situation s'améliora au moment ou l'on fit creuser un canal de dérivation de la rivière qui rejoignit plus en aval le  bras usinier .


St Gaugurge
St pierre des loges
St hilaire sur risle
Beaufai
Aube
Rai
L'Aigle
St Sulpice/ Risle
St Martin - d'Ecublei
Rugles
La Neuve lyre
La vieille lyre
Bosc renoult en ouche